Archives de Tag: Performance

Imagine all the people

"Imaginez maintenant – les quatre jours de la jeune création" est présenté comme un événement majeur en faveur de la jeune création qui invite des jeunes créateurs de moins de trente ans à investir et détourner des lieux de patrimoine. C’est une initiative du factice, artificiel, inutile ou transparent (au choix) Conseil de la Création Artistique de Marin Karmitz (vous savez, ce truc qui a fait plus de bruit en existant qu’en agissant). IM a eu lieu du 1er au 4 juillet dernier, et a pris place dans neuf villes de France.

Imaginez maintenant, le site (sans commentaires)

Pour mon bonheur, j’étais dans une de celles-ci et ce n’était pas Paris. À Metz, l’événement s’est greffé sur la curiosité locale du moment : le Pompidou. Enfin "s’est greffé" ou "a parasité" on ne sait pas très bien, car si tous les participants de Imaginez Maintenant étaient conscients d’être à proximité du Centre Pompidou-Metz, l’inverse était beaucoup moins évident.

Débarquant de ma capitale préférée sans avoir aucune idée de l’existence de cet événement, je me suis retrouvée dans ce qui ressemblait au plus parfait festival, au sens provincial et estival du terme. Le sol en terre battue y était pour quelque chose, mais pas seulement.

Calme en fin de soirée…

IM de nuit, tranquille et cotonneux

…le site du festival (appelons-le comme ça) était complètement vide sous le soleil de plomb du samedi après-midi.

Imaginez un samedi après-midi

Un important comité d’accueil avait pourtant été déployé : hélium au mètre cube…

Comité d’accueil festif

…cabane à infos…

Point d’accueil pour public absent

…et parcours poétiquement correct depuis la gare jusqu’au site du festival.

Extrait de la prose d’Aline Morvan

Des infrastructures faites de bric et de broc…

Le praticables nu, lot quotidien des petites compagnies

…côtoyaient de coûteuses constructions éphémères

Vu de nuit c’est encore plus beau

…dont la plupart étaient incompatibles avec le risque de pluie – ce qui, ceux qui ont douloureusement vécu dans la région le confirmeront, est plutôt optimiste.

Maquette en carton sur fond de plastique

Ne manquaient que les temps forts, ceux où les gens arrivent, s’amusent, parcourent et découvrent, discutent et commentent, se rafraichissent et se retrouvent. Ceux où l’espace arrête de ressembler à une ville du Far West dans les minutes qui précèdent un duel.

Les méfaits de l’hélium sur la jeunesse

Le plus pitoyable dans l’histoire, c’est que la version messine de Imaginez Maintenant était supposée être une proposition artistique utopique pour le futur nouveau quartier qui remplacera ce terrain vague voisin du Centre Pompidou. La tonne d’espoirs de développement urbain qui pèse sur l’arrivée du CPM semble avoir oublié d’inclure l’événement IM dans sa stratégie. De "très jeunes artistes" qui travaillent (dur) sur un projet pour zéro public, c’est un sacré mauvais départ pour un plan de réhabilitation culturelle, surtout dans une ville qui est belle mais où il n’y a rien

Imaginez quoi ? Que le public va venir tout seul ?

Climat de tension aux Beaux-Arts de Paris

On a beaucoup, beaucoup, beaucoup entendu parler des Beaux-Arts de Paris ces derniers temps. Histoires de censure, d’autocensure, de curating croisé, de programme de recherche et d’instrumentalisation, de rachat de conscience, de Hong Kong et de la Chine, etc.

En fait, peu importe, ce n’est pas le sujet de cette note. Par contre, avant que ne retombe l’esbroufe autour de cette magnifique école, y aura lieu une exposition express organisée par une flopée de gens bien.

Ça s’appelle Sous tension, ça dure très exactement du 22 au 23 février, c’est donc lundi et mardi prochains, et si vous voulez être sûrs de ne pas la rater, venez à la performance lundi à 20h tapantes : Noëmie Maurouard et Raphaël Panis vont vidéo-danser, et ce sera beau.

Pour des infos, des liens, des noms, des images (du type de celle-ci ↑) et plein d’autres choses comme ça, allez donc voir par là-bas.

Lancement de Marges 09

Pour fêter dignement la sortie du numéro rose de la revue Marges (09), il ne faudra pas moins que la galerie Ars Longa pour nous accueillir : présentation de la revue, rencontre percutante entre Judith Lavagna et Damien Airault, performance musicale de Tiago Fazito et Edouard Sufrin.


La rencontre entre le monde de la recherche universitaire et celui de l’art contemporain est moins fortuite que celle d’un parapluie et d’une machine à coudre, mais ça promet d’être joyeux tout de même. (EDIT : c’est le 28 janvier à partir de 19h)

Le problème avec Grand Magasin

C’est le même problème qu’avec pas mal d’artistes de la performance. En se situant dans le champ des arts plastiques, ils s’économisent toute exigence de présence sur scène.
Grand Magasin dans la grande salle de spectacle de Beaubourg, c’est de la merde.

Espérons qu’au Plateau (le 15 octobre), ça vaudra le déplacement.