« Conçue et réalisée à partir de nos récentes acquisitions »

– « La question de la mémoire » : on va se marrer, je le sens.

– Encore un journal d’expo en A4 ? Ils sont pénibles, ça ne rentre pas dans mes poches.

– Ah, c’est l’œuvre qui sert d’icône pour l’expo. C’est gentil de nous l’avoir mise en début de parcours, on n’est pas perdus.

– Ce qui est dommage c’est qu’elle est tellement hallucinante que le reste de l’expo risque d’être d’une tristesse sans nom.

– Neuhon, ne dis pas ça, ils ont fait des efforts : « une salle/une œuvre » pour « une parfaite autonomie » des œuvres, nous dit le commissaire.

– Ieurk, c’est de l’encre de Chine, t’approche pas.

– Entre ça qui gicle et le gravier de Pétaouchnoque à Noisy, elles deviennent drôlement salissantes les expos de nos jours.

– C’est génial d’avoir fait rédiger les notices par des étudiants : on échappe à la rhétorique commissaire-d’expo-qui-a-fait-des-études.

– Oui enfin là c’est parce qu’ils sont en première année, moi j’attends de voir leur projet de Master 2.

– Tiens, Bruno Serralongue, ça me rappelle la Cité.

– Sauf que là, il n’y a aucun risque de se faire occuper par les Sans Papiers.

– C’est vrai qu’on est tranquilles, ce n’est pas ici qu’on verra surgir le monde réel.

– D’ailleurs, l’apprenti médiateur l’a bien écrit : « l’artiste ne rend pas compte de l’événement lui-même » mais s’intéresse à ce qui se passe « à la marge ».

– Aaaaah, ça les marges, ils aiment bien, les centres d’art.

– Tiens, une nana, ça faisait longtemps.

– Une nana ? Pas sûre, l’apprenti médiateur en fait une « écrivain.».

– C’est ça qui est bien avec les jeunes, c’est qu’ils n’ont jamais peur de se ridiculiser en suivant la tendance grammaticale dominante.

– En attendant, l’œuvre est complètement polluée par « la musique diffusée à volume élevé » de l’autre, là à côté. Si ce n’est pas un flagrant délit de mauvaise foi, alors je ne sais pas ce que c’est.

– Justement, sache que nous avons affaire là à une « partition » « propice aux échanges », non à une suite de mots qu’on aimerait lire tranquille.

– Aaaaah, ça doit être pour ça qu’elle est coincée tout en haut de la cimaise. Je serais paranoïaque, je ferais un commentaire accusateur.

– Heureusement que tu n’es pas paranoïaque, alors.

– Bon, j’ai faim, on active ? De toutes façons celle-ci on connaît.

– Celle-là aussi, et celle-là aussi.

– Économique, le concept de « mémoire des visiteurs les plus fidèles du Plateau.».

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s