Le choix des artistes (chapitre 1)

« OK alors ok, pas question que je fasse dans le consensuel. Avec ma signature, les gens vont s’attendre à du grand n’importe quoi (n’ont toujours pas compris que ça ne m’intéresse plus mais enfin, on ne peut pas leur en vouloir) alors autant y aller.

Et puis j’ai envie de personnages singuliers*, indifférents aux sirènes parisiennes*, peut-être même indifférents à la mode de l’art à la mode*, en tous cas indifférents à la mode*, aussi inadaptés que possible*, plus inquiets de leur œuvre que de sa réussite ou de sa diffusion dans les pages des magazines hype*. Parce que moi, je m’appelle Hôpital et la Charité, j’en fais des confettis.

Alors donc, premier critère  indispensable : pas de femme, ça ferait désordre.

C’est pour le musée national d’art moderne ? On va leur coller de la peinture, pour la forme. L’air de famille discret avec Alain Jacquet et ce petit clin d’œil politique seront tout à fait à propos. Ses talents de coloriste ont sur moi un effet immédiat*, pas de raison que personne ne l’aime. En plus il nous fait un coup du dessin, un coup de la peinture, c’est parfait.

En parlant de ça, je me rappelle que le dernier carton plein ici c’était une expo de dessin : on va mettre un peu de crayon de couleur. Tiens, j’ai envie de partager mon petit refuge mental chaque fois que je vois une exposition fâcheuse*.

Et puis du design tiens, il en faut, puisqu’on parle du musée et du Centre de Création Industrielle. Le design contemporain offre au moins autant de raisons de se lamenter que l’art contemporain* : les inventions y sont rares*, les ambitions démesurées*, les résultats un peu ennuyeux à qui connaît l’histoire*. Mais avec les frères B, je suis sûr de ne décevoir personne. Ça permettra la reconfiguration de l’espace d’exposition* sans passer par le recours à un scénographe* (la nouvelle bête noire des expositions*).

Tant qu’on est dans les marges, je me ferais bien le plaisir de montrer des non artistes : graphistes ? stylistes ? architectes ? Architectes. Ceux-là reprennent assez strictement les motifs de ce peintre qui va bientôt mourir, RH, ça nous mettra dans le bain pour les hommages qui ne vont pas tarder. Ces objets, dès qu’on les voit, s’imposent à vous comme parfois les œuvres d’art*.

Ça me fait penser qu’il faut de la photo aussi, merde, les collections nationales méritent la création sous toutes ses formes. Par contre les jeunes photographes plasticiens font moins bien que les photographes « commerciaux »*, alors autant exposer ces derniers*. Allez, un petit poisson pour la route.

Ça y est, ça commence à sentir la mer… manque le décor et la bande son…

Bon, maintenant il me faut le texte, voyons ce que j’ai là : Erwan, Ronan, Loïc, Erwan encore… Hahaha, je pourrais appeler ça Jeunes artistes bretons*. Ça fera un petit inside tribute à Pinault, pas négligeable. Non mais les péteuses et les péteurs n’ont aucun humour, ils seraient capables de m’accuser de régionalisme, moi ! Ce serait un comble, pour moi qui mentionne Dijon* dès que j’en ai l’occasion… Je vais laisser reposer tout ça, après tout il me reste trois jours pour pondre un communiqué. »

(*les expressions marquées d’une * sont extraites du texte du catalogue)

Advertisements

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s