2/11/2011

Ça commence comme une blague :

« Qu’est-ce qui est pire : recevoir sa nouvelle box le 2 octobre alors que le problème de l’ancienne a été signalé le 9 mars, ou se faire couper sa ligne le 4 octobre parce que ça fait six mois qu’on refuse de payer un abonnement Internet pour rien ? »

Et puis ça continue comme une charade :

« Mon premier sert à connecter les pays par la mer ; mon second sert à manger quand on est beaucoup d’amis ; mon troisième est le vœu des Miss America ; mon quatrième est une boisson qu’on partage entre amies vers 17h pendant les dimanches pluvieux. Et mon tout ne sert à rien à part à prendre conscience que sans ton téléphone, t’as vraiment l’air demeuré, perdu dans un pays qui parle pas ta langue, privé d’électricité ou de mémoire immédiate, enfermé hors de chez toi, un truc vraiment handicapant quoi. »

Après le moment de haine viscérale de la technologie, il y a le jeu de piste.

Est-ce que quelqu’un a un téléphone à me dépanner ? Évidemment personne, l’espérance de vie de ces machines a chuté en trois ans. D’où est-ce que je peux passer mes coups de fil importants de la journée ? Où est-ce que je peux consulter mes mails ? Où est-ce que je peux connecter mon ordi ? Vite télécharger tout ce que je peux pour pouvoir bosser sans Internet. Comment envoyer ce document urgent là tout de suite maintenant ? Comment prévenir et qui prévenir et quelles alternatives privilégier, dans quelle situation et avec quelle efficacité ? Comment récupérer les dernières infos reçues et pas notées en analogique ? Pendant que j’ai une connexion/une ligne fixe à portée de main, est-ce qu’il y a des trucs que je peux noter, préparer, prévenir, transférer pour faciliter mes douze prochaines heures déconnectée ? Comment récupérer les images coincées dans un mini disque dur qui me fait la gueule ? Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas configuré plus tôt, ce machin ? Trouver un réveil matin.

Et puis l’heure de l’interprétation. Je suis sûre que c’est ma vie sociale qui m’envoie un signe. J’aurais pas dû répondre à Machin, c’est le dernier texto que j’ai pu envoyer. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça. De toutes façons je m’en sers pas, de l’illimité. Ça fera des vacances à mon cerveau. Ça m’apprendra à prendre tout et n’importe quoi en photo. Ça m’apprendra à voir la vie hors de mon écran. Pfff mais qu’est-ce que c’est que ces conneries, elle va très bien ma vie sociale. Combien ça coûte, déjà, une minute de téléphone vers un portable ? Un euro ? À ouais quand même. Allez j’ai de la chance, j’ai encore ma carte bleue. Je suis sûre que c’est un signe me rappeler la précarité de la vie.

Enfin, la conclusion : le téléphone et Internet, il paraît que ça rendait déjà plutôt pas malin. Mais l’absence de ces bestioles, qu’est-ce que ça rend con.

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s