Janvier, à ma fenêtre

Ce mois de janvier s’achève sur une note mitigée.

Le post printemps qui sévit sur la ville affole les hormones et enchante les pollens : les laboratoires d’antihistaminiques se frottent les mains en voyant les allergiques se frotter les yeux. Les jeunes pousses sortent de terre, croyant leur heure arrivée, tandis que l’absence persistante de verglas déconcerte mes semelles.

Cette année la tête de mort se porte fière, en bandoulière ou sur la tête, en écharpe ou à la boutonnière. L’âge de raison arrive avec 23 ans de retard, il se demande s’il sera le témoin du dernier 29 février de l’histoire du monde.

Qu’on se le dise : le Médiateur de la République a du pain sur la planche, et ce n’est pas le renommer « Défenseur des Droits » (sic) qui y changera quelque chose.

Advertisements

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s