Enfermés dehors

Tiens, une chronique ciné, ça faisait longtemps.

La « pure » montée d’adrénaline est très survendue. Est-ce bien raisonnable de citer un commentaire élogieux en provenance d’un média intitulé « Excessif » ? En l’occurrence, Lock out est très exactement ni pire ni mieux que tous les films du même genre visionnés depuis 1993. Mais dans le contexte du dernier BIFFF, au milieu de morts-vivants affamés et d’impitoyables fans du genre, la projection valait carrément le coup.

À noter : la présence de l’insupportable sale gosse à l’accent anglais-zonard incompréhensible, découvert dans la saison 3 de Misfits : Joseph Gilgun.

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s