Havre de paix #1

Mexico DF est une ville tellement folle qu’il est impossible d’y imaginer une seule once de tranquillité. Et pourtant on trouve deux havres de paix pour le prix d’une bronchite au CO2 : la cité U et la colline de Chapultepec – chacune étant, en plus, une belle réserve à musées et à restos haut de gamme.

La ciudad universitaria de Mexico – qu’on appelle « UNAM » pour Universitad Nacional Autónoma de México – mérite largement le nom de ville universitaire. Elle abrite trois choses fondamentales :

Ce gigacampus a son propre réseau de bus, aussi incompréhensible que celui de la ville de Mexico ; mais il est gratuit et, chose rassurante, ses bus ne quittent jamais l’UNAM – on peut donc monter dans n’importe lequel et se laisser porter par le tape-cul pour visiter le campus en toute tranquillité.
Son quartier culturel est tellement fourni qu’on oublie aussitôt l’idée de le parcourir en entier :

En revanche, ce coin-là du campus propose un resto gourmet de très haut standing, où les plats atteignent la quinzaine d’euros et où l’on goûtera des chapulines :

…et ceci en dépit de tout engagement éthico-alimentaire, car les chapulines sont des insectes séchés, grillés et pimentés, présentés ici sur une mignonne petite assiette de guacamole et tostadas :

Pour le choix végétarien, on aura droit à une jolie salade de toutes les couleurs composée de fleurs d’hibiscus, fromage de chèvre, salade verte, figues confites, framboises fraîches et noix.

Dans l’UNAM il y a aussi une immense réserve naturelle interdite d’accès, des tope bien sûr (ici ils sont annoncés), des passages piétons de toutes les couleurs et des bosquets de cactus et d’agave (base de la téquila). Il y avait du vinaigre balsamique (comble du raffinement ici) dans la salade gourmet, et le miroir des toilettes du musée, qu’on aura admiré plus que toute œuvre ici, est bronzant et amincissant.

Le supermarché de l’UNAM est immense avec rien dedans. Des ventilateurs nous accueillent et nous informent en même temps de l’absence de climatisation, et un petit parterre de têtes de mort en bonbon se trouve comme il se doit au pieds des passants, mais cette fois dans le rayon électronique.

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s