Conférence non préparée autorisée

Jean-Yves Jouannais, depuis quelques années, fait semblant d’écrire un abécédaire encyclopédique sur la guerre. Ça s’appelle plus ou moins L’Encyclopédie des guerres et ça prend la forme de conférences irrégulières et désorganisées, tenues en des endroits divers, pendant lesquelles il égrène les entrées (comme Clairon, Gui ou Grognard) dans un relatif ordre alphabétique. Grâce à l’autrice de la Logorrhée (clic), le collimateur a assisté à une étape de L’Encyclopédie au Centre Pompidou. En arrivant en retard à cause d’une flashmob féministe (clic), on a déboulé en pleine partie d’un jeu vidéo de guerre auquel je serais bien incapable de coller un titre, mais heureusement la suite des événements est assez sympa.

On y a appris par exemple que les termes « assiégé » et « obsédé » ont la même racine latine. En ayant recours à ce procédé parfois douteux de confondre origine et signification actuelle, JYJ nous fait remarquer que lorsqu’on est dans une ville assiégée, les centres d’intérêts se réduisent et deviennent obsédants, tandis que le fait d’être obsédé par une idée fixe peut être comparé à celui de voir son cerveau assiégé par cette idée. Certes.

JYJ nous a fait part également de la discipline à laquelle il s’astreint depuis qu’il s’intéresse à la guerre : celle de n’avoir en sa bibliothèque que des livres qui parlent de guerres – si j’ai bien compris, il parle des guerres ayant eu lieu et étant reconnues comme telles, pas de la Guerre des mondes donc (mais j’ai peut-être mal compris). Pour cela, JYJ organise irrégulièrement une séance d’épuration de sa bibliothèque. Il arrive quelque part avec plein de livres, s’installe et attend qu’un quidam lui apporte un livre qui parle de la guerre. En échange, le critique-artiste-auteur-clown (on ne sait pas trop) offre au quidam un livre qui ne parle pas de la guerre et qui encombrait ses étagères. Une occasion unique de me débarrasser avec éthique de ce tissu de conneries bien pensantes que je conchie jusqu’à la moelle qu’est Effroyables jardins, en échange d’un ouvrage quelconque mais estampillé (littéralement) comme ayant appartenu à JYJ.

C’est drôle cette discipline, lorsqu’on étudie un sujet aussi indiscipliné que celui de la guerre. Comme il l’a presque fait remarquer lui-même, la guerre est un espace-temps à part dans le fonctionnement d’une société, pendant lequel on atteint presque le « tout est permis » : soudain les homosexuels secrets se révèlent, soudain le meurtre interdit devient possible, soudain les femmes travaillent, soudain des êtres humains sont capables de manger d’autres êtres humains, etc. Il est drôle, disais-je (mais ni étrange ni contradictoire) de noter que JYJ s’échine à respecter une telle rigueur pour aborder un sujet touchant à ce point à l’explosion des règles de la vie en société.

Ce soir-là, on a aussi entendu JYJ chanter une chanson célébrant un clairon (l’homme, pas l’instrument) qui fait son office jusqu’à son dernier souffle, qui constitue « sa dernière tâche ».

Et on a partagé sa perplexité devant l’expression « trouble de la mémoire », qu’il juge quelque peu redondante puisque, dit-il, la mémoire est forcément quelque chose de troublant. D’accord.

Au final on a appris autant de choses que si la conférence avait été organisée. Ça donne envie d’être assez célèbre et influent pour s’inviter dans la petite salle de Beaubourg et faire partager à un auditoire captivé ses dernières trouvailles, sans avoir pris la peine de les organiser dans un enchaînement avec queue et tête (car l’ordre alphabétique, c’est un peu l’Allure de Chanel, c’est ce qui reste quand il n’y a plus rien, et surtout plus aucune logique), en s’autorisant des digressions rapides de 45 minutes et d’interminables excuses quant à la suspicion de « joueur » qui lui plane au-dessus de la tête, le tout dans une langue assez rigoureuse. JYJ n’aurait d’ailleurs pas dû s’offusquer de cette accusation : la guerre et le jeu ont beaucoup en commun, à commencer par cette caractéristique abordée par lui-même et évoquée plus haut d’être à part dans le déroulement de la vie en société. Le jeu n’a, en cela, rien de l’innocence maladroite écervelée et gratuite qu’on lui prête dans la vie de tous les jours.

Dernière chose : même en dormant pendant la conférence on trouve de quoi se réjouir.

Publicités

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s