Du jaune, des boîtes et quelques carnets

Habitué qu’il est aux micro centres d’art coincés dans des rez-de-chaussée sombres d’immeubles haussmanniens ou cachés derrière des volets baissés de quartiers mal fréquentés, le collimateur a d’abord eu peur de rater le CRAC de Sète. Heureusement, les architectes ont prévu le coup.

le CRAC de Sète a belle allure

Une contrepèterie totalement inutile vient à l’esprit, mais concentrons-nous sur les choses sérieuses : l’une des expositions commence avant de franchir la porte de ces lieux.

Paul Pouvreau

Ayant atterri là sans avoir consulté la bande-annonce de l’expo, je suis rassurée. L’expo sera plastique et m’épargnera le cauchemar des installations métaconceptuelles minimalistes à base de matériaux récupérés qui pullulent en cette saison.

À l’intérieur, on me précise que « comme les artistes sont encore vivants, il vaut mieux ne pas faire trop de photos » mais on me laisse en prendre le nombre qui me convient. Tant mieux : l’affiche de Paul Pouvreau est déjà sur ma carte SD, les grandes peintures murales d’Olivier Nottellet m’inspirent une attention particulière aux détails et le petit carnet de Pauline Fondevila me semble tout à fait photogénique.

Le premier photographie des piles de boîtes en forme d’usines ou de pavillon, le second exploite en jaune et noir la presque totalité de la hauteur sous plafond et la troisième associe dessins à la ligne claire et petit carnet d’explorateur diplômé des beaux-arts. « Tiens, encore une encyclopédie en cours d’écriture« , me dis-je.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Olivier Nottellet

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le photographe n'est pas crédité mais l'image vient d'ici (clic)

Dans le hall d’accueil, on est prié de ne pas toucher aux rayons remplis de livres qui ressemblent à s’y méprendre à une librairie car c’est, nous dit-on, l’œuvre d’un artiste – artiste dont, dans notre hâte à retrouver le soleil, on a totalement oublié de demander le nom.

Œuvre d'un artiste dont on a oublié de demander le nom

« Tendre – Olivier Nottellet » et « Matières premières – Paul Pouvreau » jusqu’au 26 mai, et « L’encyclopédie du naufragé – Pauline Fondevila » jusqu’au 21 avril, c’est au Crac de Sète et si vous tenez à en savoir plus, c’est par là.

Advertisements

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s