La politesse selon la RATP

Un beau matin, le collimateur et son comparse se sont trouvés fort déconfits devant cette pub-ci :

qui roucoule au milieu du passage crée forcément un embouteillage

Qui a fait glapir au comparse : «Mais dans quel monde vit-on pour que l’on s’énerve avant même d’avoir osé articuler “excusez-moi, s’il vous plaît” à son voisin d’escalator ??»

Ce à quoi le collimateur n’a pu s’empêcher de répondre : « Non mais c’est quoi ces manières ? Ils n’en ont pas marre de criminaliser les câlins ces gros frustrés de la vie ? Ils trouvent qu’on en a trop, des câlins, c’est ça ? »

Sur quoi le comparse a fait remarquer : « En plus, c’est dans un escalator qui descend. Le mec qui veut aller vite, en descente, il prend sans hésiter l’escalier, qui est complètement vide. Ou alors il arrête de se plaindre. »

Et c’est bien entendu le collimateur qui a eu le dernier mot : « Et puis d’un point de vue pédagogique, QUI comprend dans cette affiche que l’usage veut qu’on se tienne à droite pour profiter de manière pleinement immobile de la machine à descendre les escaliers ? »

Le collimateur s’est donc mis en tête de trouver dans quel monde, effectivement, il est douloureux de voir roucouler un adorable couple d’inséparables au milieu d’un escalier mécanique.

La réponse est cachée dans une pub discrète présente sur un célèbre réseau social :

Guide du voyageur moderne sur Facebook

Qui nous emmène là-dessus :

Manuel du savoir-vivre à l'usage du voyageur moderne

« Proposez votre règle pour améliorer le savoir-vivre dans les transports en commun d’Île-de-France, les meilleures contributions seront étudiées par le comité de lecture de la RATP. Commencez ! », nous dit-on.

Un peu de vocabulaire avant de poursuivre :

« étudiées » : publiées sur Internet avec votre glorieux pseudo en signature.

« comité de lecture » : quelque chose ou quelqu’un ou quelques uns qui étudie(nt).

On aurait envie de savoir qui se cache derrière cette courageuse appellation, en cliquant, par exemple, sur le lien consacré situé au bas de la page :

Contacts, mentions légales, crédits comité de lecture et compagnie

…qu’on n’en apprendrait pas plus :

Comité de lecture (le fameux)

Face à cet échec, on ne se démonte pas, on continue notre exploration de ce site Wouèbe au graphisme rétrofunky hyper daté années 2010.

Le site nous explique :

Dans le cadre d'une prise de parole

Si je résume :

– on n’est pas face à une « consultation » mais une « prise de parole » dans un site Internet participatif. Rien de politique ni de citoyen donc. Ouf.

– la RATP a besoin de nouvelles règles de bonne conduite. Les anciennes doivent être périmées.

– D’ailleurs ce ne sont pas des règles, ce sont des (ouvrez les guillemets – ou faites le geste bien connu avec vos index et vos majeurs en position Oreilles-de-lapin-qui-gigotent) « règles » (fermez les guillemets). Re ouf. Nan mais c’est vrai yen a marre de cette société réglementée à outrance, heureusement que la RATP n’en rajoute pas une couche là-dessus.

– La politesse, la courtoisie, la bienséance et la serviabilité sont quatre notions radicalement différentes qui nécessitent chacune un chapitre distinct. J’ai hâte de connaître les subtilités de ces notions.

C’est sur ce dernier point que le site constitue une base de réflexion tout à fait enrichissante et absolument pas redondante. Voyons sans plus attendre le chapitre Politesse. Pour les autres chapitres, il faudra attendre plus tard.

Image 25

Alors c’est drôle (en parlant de blagues), moi j’aurais mis ça sur le compte de l’hypocrisie ou de l’honnêteté (tout dépend desdites blagues). Mais il n’y a ni honnêteté ni hypocrisie dans leurs chapitres, dommage.

Image 31

Mais ça, ça n’est valable que dans les transports aujourd’hui. Il y a dix ans sur votre lieu de travail, vous aviez tout à fait le droit de vous croire seul, de vous économiser d’indues excuses et d’être aussi agressifs que vous le souhaitiez.

Image 35

Fait un effort de ? Je n’ai pas compris la question. C’est bien la RATP ça, typique! Ils nous prennent par la main en se déguisant en petits lapins et tout à coup ils nous parlent en non-dits. Heureusement que mon voisin de la ligne 5 a un cerveau et m’a expliqué qu’il s’agit de laisser sa place aux femmes enceintes.

Image 36

Mais seulement le machiniste, pas la personne qui balaie nos cochonneries ni celui qui nous demande (toujours poliment, en plus) notre titre de transport.

Image 37

C’est vrai, c’est tellement FATIGUANT d’avoir à dire « Pardon » à une personne qui se tient devant nous dans l’escalier mécanique. Et moi quand je suis fatiguée, je suis agressive. Et après on dit que c’est moi l’incivile !

Image 30

Je suis sûre que les bruits de friction entre rails, roues et freins, oui ceux qui vous donnent cette insupportable chair de poule jusqu’aux gencives, font par contre partie du répertoire préféré de l’ensemble des usagers du métro. Alors, pourquoi ne pas s’en contenter comme accompagnement musical, franchement ?

Sur ces bonnes paroles, je vous propose de méditer là-dessus avant d’entamer le deuxième chapitre de notre amie la RATP : la courtoisie.

Publicités

2 réponses à “La politesse selon la RATP

  1. n°13 : « surtout s’il s’agit d’un homme ou d’une femme ». OLOLOL
    Si c’est un raton-laveur trans, c’est moins grave, donc

    #participatif is everywhere

  2. Pingback: L’autopromo de la RATP, toujours un plaisir | DANS LE COLLIMATEUR

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s