Des poignards et des cœurs, l’histoire de la vie

J’ai d’abord trouvé ça par terre :

Autocollant trouvé par terre

Je suis aussitôt tombée en amour pour ce dessin qui raconte tout à fait l’histoire de la vie avec concision et précision. Comme j’avais trouvé ça dans la rue, je l’ai bien sûr envoyé à mes amis les Finders Keepers.

Deux jours après je suis tombée sur ceci, qui racontait, là encore, l’histoire de la vie avec la même concision et la même précision que sur l’autocollant (car c’était un dessin réalisé sur un papier autocollant) précédemment évoqué :

Borne d'autolib

Deux jours encore après environ, un ami m’envoie ceci :

Trouvé par RV_11_P quelque part ailleurs

Là je me dis « Super ! Un nom, ça commence à devenir intéressant ».

Et avant même que je trouve le temps de demander de l’aide à la communauté internationale des internautes associés pour trouver trace de ce-tte schlaass qui raconte la vie avec précision et concision, je vois apparaître ceci sur un célèbre réseau social (sur lequel, entre nous, je n’aurais jamais pensé à lancer un avis de recherche) :

En direct de Face de bouc livré sur un plateau d'argent

Ce qui m’a apporté sur un plateau d’argent la réponse à la question que je n’avais même pas encore eu le temps de formuler : « Mais qui donc raconte répétitivement la vie avec autant de précision et de concision, nom d’un poignard juxtant un cœur difforme dessiné au marqueur sur toutes formes de supports ? »

En l’occurrence, est à l’origine de ce logo étonnamment sexy Schlaass (on s’en serait douté), soit un duo (EDIT : ils sont trois) de gueuleurs musicaux dont je vous laisse apprécier par vous-même les prouesses sonores, que j’ai trouvées définies comme du « Hip Hop Punk Volvo Core » (source). Dans les Internet mondiaux, on trouve des poignards et des cœurs donc, beaucoup de crasse mais je les soupçonne de s’être enduit le corps d’une couche de couleur très lavable, un aperçu plutôt photogénique de la salle des p… (non, pas la salle des putes) du musée de la Mine de Saint Étienne, une review dans le Petit Bulletin, une capture de pestacle à Valence par Vu26 et beaucoup de grosses grimaces pour s’accorder, probablement, aux noms d’oiseaux dont leurs textes sont fleuris.

Session live #3 Schlaasss "Salope"

pour info, ce sont des uniformes (vides) suspendus au plafond

Apparemment eux s’en fichent qu’on écrive leur nom avec deux a deux s, deux a trois s ou trois a trois s, et moi je m’en fiche un peu de ce qu’ils chantent (pour le moment), mais s’ils continuent de décorer ma ville alors qu’ils viennent d’une région que globalement je trouve sympathique, je vote pour.

Publicités

2 réponses à “Des poignards et des cœurs, l’histoire de la vie

Mettre son grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s