Archives de Catégorie: d’Arty

Trimtramtrom, étape 2

Micro-onde

Programme Tram in situ, Micro-Onde

Très belle expo, avec des infos , ou encore ici.

Et un écho là-bas.

Les Récits de l'Insu, Micro-Onde

 

Les Récits de l'Insu, Micro-Onde  Bettina Samson

Les Récits de l'Insu, Micro-Onde - Batia Suter

 

Et pour le retour, prenons le tram.

Tram tout beau qui nous ramène de Micro-onde

Revenir d’une mission Trimtramtrom en tram, c’est d’un chic.

[Merci encore à Alice pour la mission et les photos.]

Trimtramtrom, étape 1

[Vernissage, 14 janvier 2015]

Trimtramtrom à la Maison Pop

– Oh c’est marrant ce truc, c’est qui ? C’est quoi ?

– Je ne vois pas le cartel, ça me gave.

– On dirait un local à serveurs. Dites-nous tout, monsieur l’un des artistes ?

– Oui c’est ça, c’est un data center miniature.

– Et vous pouvez nous expliquer un peu ?

– C’est lié à un film qu’on a fait, qui sort le 29 janvier sur Arte.

– OK… Et toi, autre artiste, tu vois ce que c’est ?

– Pour comprendre, il faut voir le film qui sort le 29 janvier.

– Et tu l’as vu ?

– Non, il sort le 29 janvier.

– Ah, dommage.

– Mais je vous assure, il a l’air super !

– Ah mais je te crois, autre artiste. C’est juste que les œuvres qui renvoient à quelque chose de futur, d’extérieur ET non racontables, ça me laisse… dubitative.

– C’est un peu sale dis donc à l’intérieur de votre data center, non ?

– Ce sont les traces des souris qui vivent dans la boîte…

– Mais les pauvres souris, elles doivent être mortes de peur !

– Oui, là je pense qu’en termes de bruit c’est trop pour elles. Mais je vous rassure, elles ne sont là que pour ce soir.

– Ah après vous les envoyez à un laboratoire ?

– Non, mon dieu non, on les renvoie dans une animalerie qui n’est pas loin d’ici.

– Ah oui, je suis pas sûre qu’elles vont être mieux là-bas.

– Au moins elles auront de la sciure !

– Oui mais en termes d’espace… et de bruit… enfin bon.

– Et là, la femme qui se balance sur une balançoire ?

– Le cartel dit « 18 images distribuées par 25 serveurs ». Ah oui, regarde, tu as les url des images qui défilent en haut de la projection.

– Bon, ben tout est dit alors ?

– Ah mais c’est une artiste hyper importante dans le net art, une pionnière, vraiment, du gif. Elle se met d’ailleurs en scène elle-même dans ses œuvres.

– Ah d’accord. J’aurais pensé – tu connais mon inculture notoire en la matière – qu’elle avait récupéré un gif très très populaire sur 25 sites différents et qu’elle les aurait assemblés pour montrer un classique du genre. Bon, et là-bas, la croûte qui crache un ticket de caisse de puis tout à l’heure ?

– Ça je l’ai vu en galerie : c’est la valeur du tableau qui grimpe au fur et à mesure qu’il détecte la présence de personnes qui le regardent.

– Ah oui, c’est pour ça qu’il vaut 23 000 euros alors qu’en fait, pas vraiment ?

– Bah si, vraiment, puisque si quelqu’un veut l’acheter, il doit vraiment payer les 23 000 euros.

– À combien est fixée la seconde de regard ?

– 10 centimes. 1 euro les 10 secondes.

– Attends, ça veut dire que le tableau a bénéficié de [petit calcul rapide] 230 000 secondes de regard depuis le début de l’expo ? 3800 secondes, 63 heures ? Alors que l’expo vernit ce soir ?

– Non, là le ticket se génère depuis la Fiac.

– Ah bah tu m’étonnes que personne ne l’a acheté, s’il a été exposé dernièrement dans un tel événement…

– Hé, il y a une œuvre déconseillée aux mineurs de moins de 18 ans, on va voir ?

– Je m’attends au pire.

– …

– …

– Je ne sais pas si c’est vraiment le pire mais en effet, on a du niveau.

– Attends, la feuille de salle dit qu’elle se trémousse à la manière des strip clubs de LA…

– Je ne savais point que les strip clubs de Los Angeles avaient leur propre style de tortillage de fesses et d’autotouchage de seins, tiens.

– Bon l’hologramme là-bas, comment ça se passe ?

– Pfff mais t’as rien compris, c’est bien plus qu’un hologramme : dans un hologramme tu as deux images qui sont imprimées sur un même plan, d’accord ? Avec un plexi texturé en bandes pour ne voir qu’une image à la fois.

– OK, jusque là je te suis.

– Là tu as DEU-OU-HEU-ZEU images dans la même image…

– Waouw.

– Qui sont les déclinaisons en mode amateur et worldwide de l’image qu’on pense être la plus vue au monde : la colline de Window XP, tu sais le papier peint par défaut de l’ordi de tes parents.

– Aaaahhh, pas con. C’est pour ça qu’on entraperçoit un pingouin Linux, un relief de légo, une version en terrasses… Ok je vois. Par contre, j’ai du mal à percevoir un lien entre toutes ces pièces.

– Attends on va demander à un artiste. Hé, c’est quoi le thème de l’expo, à part le numérique ? D’ailleurs c’est quoi le titre de l’expo ?

– Le titre c’est « L’art et le numérique en résonance : convergence ».

– Non, c’est pas vrai ? Et le thème ?

– Ben le thème c’est… l’art et le numérique en résonance, voilà.

– Voilà ?

– Voilà.

L’art et le numérique en résonance, 1/3 : Convergences, c’est à la Maison Pop, jusqu’au 4 avril, et c’est gratuit, youpi.

On dirait qu’on ferait tous les lieux Tram*

Carte des lieux Tram

En un trimestre.

En prenant le tromé.

Ça s’appellerait TrimTramTrom.

Et on ferait des photos du programme !!

Programme tram, photo piquée sur la page Facebook de Tram

C’est par là.

*Tram est une association qui regroupe 32 lieux d’art contemporain en Île-de-France, et se la raconte un peu plus par ici.

L’invisibilité des femmes mise à nu par ses visiteurs, même

– Une expo sur la place des femmes dans l’art ? Oh mais oui, qu’on va y aller. Grave.

Et puis paf, un attentat, une prise d’otages, une autre prise d’otages plus tard, et voilà qu’une œuvre se met à poser problème. Parce qu’elle parle des femmes ? Que nenni. Parce qu’elle parle des femmes musulmanes. Saperlipopette.

Donc paf, une expo au thème super prometteur devient l’expo-dontpleindejournauxparlent mais pour d’autres raisons. Du coup, de la place des femmes dans l’art, on ne parlera toujours pas.

Bref, l’opportunisme, le manque courage et l’autocensure c’est pas cool, et le collimateur espère que tout cela aura une issue plutôt positive pour l’art, pour la liberté d’expression et pour l’équipe du Pavillon de Vendôme.

En attendant, le sujet de ce post était le décès de rire provoqué lorsqu’un vieux* visiteur a trouvé le moyen de dire, devant cette peinture-ci (cliquez et zoomez si vous n’avez pas de bons yeux) :

Nina Childress

– Ah bon ? Ce ne sont que des femmes qui sont représentées ? Ah tiens, je n’avais pas fait attention.

Mais oui.
Dans une expo qui prend pour point de départ la non-place des femmes dans l’histoire de l’art. Pardon, j’ai pas très bien entendu. La non-place des quoi ?

EDIT : La décision finale est de décrocher l’exposition. A la mairie de Clichy, on est manifestement Charlie seulement si ça ne coûte pas trop cher en sécurité.

*Ledit visiteur n’a pas décliné son âge, mais il s’est adressé à ma comparse en termes qui évitent plutôt le doute : « j’aimerais savoir ce que vous, en tant que jeune, blablabla »