Archives de Catégorie: Gourdes

Cuisiner au « masculin », cette nouvelle épice à la mode

Toujours à l’affût de nouvelles recettes, Gally vient de m’envoyer ceci :

Cuisiner au masculin

Avant de m’étouffer d’hallucination, j’ai voulu en savoir plus. J’ai donc googlisé le livre, sans succès immédiat mais avec de bons résultats collatéraux :

Les hommes ont faim

Argumentaire de ce trésor de la littérature culinaire :

Petit ami, fils, mari, gendre, ami, cousin… tous les hommes ont un point en commun : il faut les nourrir [car ils ne le font pas seuls], et pour de vrai [car lorsque les femmes ont faim, il vaut mieux les nourrir pour de faux, c’est bien connu]! Une maman livre ici ses secrets pour élaborer, du petit déjeuner au dîner, les meilleurs repas les plus reconstituants, savoureux et nutritifs. L’auteur partage son expérience de mère de 4 garçons et nous livre 150 recettes de plats savoureux à déguster en famille. Des recettes variées pour tous moments de la journée. Un parti pris unique [et tellement original], où l’auteur alterne les recettes avec des anecdotes comiques qui feront écho à beaucoup de situations rencontrées par le lecteur [ah, ce livre s’adresse donc aux hommes ?]. Des recettes véritablement savoureuses dignement représentées par des photos de grande qualité.

(je vous épargne les quatre ou cinq fautes initialement présentes dans ce texte)

Et puisqu’on s’amuse avec Google, continuons.

MadMen

Quand les hommes ont faim... le point de vue de Biba

Quand les hommes ont faim… le point de vue de Biba

Mais aussi :

Les hommes ont faim sur Google image

Oh la belle couverture aguichante que voilà

Oh la belle couverture aguichante que voilà

J’aurais bien poursuivi l’exploration, mais Gally m’a envoyé mon complément d’information :

Cuisiner au masculin : le mot de l'éditeur

Cuisiner au masculin : le mot de l’éditeur

Extrait du mot de l’éditeur :

Cuisiner est un truc de femmes ? Et les hommes n’ont pas leur place aux fourneaux ? Erreur ! Les cuisiniers les plus réputés prouvent, si besoin est, qu’il est valorisant pour les hommes de savoir manier la cuillère.

Alors non, cher éditeur, non, je dis non, espèce de gros boulet. La place importante qu’occupent les hommes aux fourneaux les plus réputés ne prouve pas que la cuisine est une activité mixte : bien au contraire justement, puisque ce sont majoritairement des hommes qui sont derrière les plus grands fourneaux…

Publicités

Presse pour adolescentes : ya du boulot

Comme antidote à la morosité amb heu, je veux dire, pour se changer les idées, le collimateur a fait un tour, dans une maison de la presse, LOIN des couvertures noires. Une couverture lui a piqué les yeux.

Guide de survie des filles

…rappelant soudain cet ouvrage.

En préambule, petit aparté sur l’utilisation du mot « survie » : hahaha, c’est marrant ce grossissement hyperbolique des situations, quand on parle d’un anniversaire à fêter avec 18 enfants de 9 ans, d’un weekend avec beaux-parents cathos quant on est anarchiste ou d’une journée de shopping en période de soldes un samedi après 14h. Là ok, on a besoin de conseils de survie.

Mais quand vous parlez de la vie d’une adolescente comme d’une traversée de la jungle, sérieusement, les auteurs, là, vous avez quoi comme objectifs pour ces filles ? Coller dans leur crâne l’idée qu’elles sont des victimes en puissance ? Ah non, c’est pas le but ? Vous êtes sûrs ?? Associé à des images de pimbêches même pas drôles, stéréotypées en jouets pour hommes (nœud de papier cadeau en prime), plus dépressives que galériennes pierrichardesques qui, elles, auraient besoin d’un guide de survie, votre titre ne dit qu’une chose : la galère d’être ado, jeune fille, tu la vivras dans la douleur et dans le recueillement, tu seras gentille.

Bref.

N’ayant pas assez la foi pour perdre les 8 € nécessaires à l’achat de ce manuel, le collimateur s’en est tenu au petit jeu proposé en bande-annonce :

Qu'est-ce qui te préoccupe, petite fille ?

Cliquez pour mieux voir le labyrinthe, il est fascinant.

Le collimateur s’est aussitôt mis en tête de découvrir où pouvait mener un itinéraire proposant comme point de départ « Tu aimerais être plus populaire »… en imaginant une ado seule mais à peu près bien dans ses baskets. Ça a donné ça :

Qu'est-ce qui te préoccupe, petite fille bien dans tes baskets ?

Clic (eugaine.)

Quelques raccourcis méritent d’être soulignés :

– Tu ne veux pas être populaire, c’est probablement parce que tu as un copain (pas une copine, surtout)

– Si tu n’as pas vraiment de difficultés à te trouver des qualités, c’est que tu as déjà été trahie par une amie…

– Et si tu n’as pas été trahie par une amie, tu as au moins de la peine à te remettre d’un échec amoureux, allez ! (pas d’une déception, hein, d’un échec)

Le parcours d’une jeune fille qui se sent plutôt bien dans sa vie (qui répond non à toutes les propositions, donc) atterrit, sans surprise, dans la case « amitié » : celle qui ne prend aucun risque.

Autre rapport de cause à effet vraiment étrange :

Qu'est-ce qui te préoccupe, petite fille prête faire l'amour ?  Qu'est-ce qui te préoccupe, petite fille non prête faire l'amour ?

– Si tu es prête à faire l’amour avec ton copain, va en sexo, c’est hyper fun.

– Si non, va en psycho, tu n’as rien à apprendre sur le sexe. Pourtant la rubrique comporte un test plutôt intéressant (que je n’ai pas lu en détails).

– D’ailleurs, si tu n’es pas prête aux joies du sexe, tu t’es sûrement déjà fait harceler…

…Sachant qu’en fait de harcèlement, le magazine ne te conseillera que sur le cyber harcèlement. Classe. Super cool. Méga complète, la prévention.

Au sommaire

J’aurais bien aimé lire et commenter chaque page de ce mélange maladroit de trucs chelous (non-non-non le célibat n’est pas une tare qui te place en marge de la société des gens cools – comment ça en le disant c’est nous qui créons le complexe ??) et de trucs prometteurs (mais pas lus).

À la seule lecture de cette mise en bouche, un bizarre sentiment de nostalgie s’est fait sentir, j’avais envie de barbouiller cette presse gluante et suintante de messages d’espoir de type « Les filles, faites ce que vous voulez, vous n’êtes pas des victimes en devenir, bordel. »

Une bonne idée pour nous les femmes (2)

Après le distributeur de vernis à ongles judicieusement placé dans le hall de la gare de Lyon (clic), voici, dans le hall de la gare Montparnasse : le distributeur de kit beauté express !

Beauté express distributeur

Avec un large choix de produits de beauté propositions d’occupation de votre temps (clic pour agrandir) :

Distributeur de beauté express

Vous noterez l’absence criante de kit rasoir-after shave pour hommes. À chaque genre ses préoccupations, pas vrai ?

Une vraie bonne idée pour nous les femmes

Vu à la gare de Lyon :

Distributeur de vernis à ongles

Parce qu’en effet, il n’y a vraiment que dans le train que la pose de vernis à ongles est pertinente.