Archives de Catégorie: Les perdeurs de temps

Le mépris des institutions, livré à domicile

Le collimateur a récemment eu cette conversation passionnante avec un agent du service d’état civil de la mairie du 20e arrondissement de Paris :

– Allô, bonjour, je dois recevoir mon acte de naissance via votre service, j’aimerais savoir s’il est arrivé ? C’est tel nom, de telle mairie.
– Ah mais vous savez, on en reçoit tellement, je ne peux pas vous dire moi.
– ?? Alors dites-moi, comment je sais quand je peux venir le chercher ?
– [soupir] c’est quel nom ?

[pour finir sur un chou blanc]

Un jour ouvrable plus tard, le collimateur recevait ledit acte de naissance à domicile, accompagné d’un mot d’amour de la mairie du 20e.

Il n'y a que la mairie du 20e pour être méprisante comme ça !

Mesdames et messieurs les agents du service de l’état civil de la mairie du 20e arrondissement de Paris,

votre mépris, vous pouvez le garder pour vous, pour vos collègues, pour votre pause déjeuner ou pour votre mur facebook. On n’a pas besoin de se le prendre dans la figure. C’est difficile de vous joindre dans la faible amplitude horaire durant laquelle vous daignez répondre au téléphone, c’est particulièrement pénible d’entendre votre lassitude de la vie lorsque enfin on vous parle, c’est souvent laborieux d’obtenir un renseignement valide de votre part. Vous n’avez pas besoin d’en rajouter. Nous, l’incompétence des administrations publiques, au mieux ça nous épuise, au pire ça nous met dans la merde, mais en aucun cas ça ne nous fait rire.

Publicités

Mot d’excuse

(Clic pour agrandir)

Mot d'excuse

 

Mot d'excuse

L’été de tous les relous

Entre les « Dix trucs que vous croyez et qui sont faux (non le caméléon ne change pas de couleur pour se fondre dans le paysage) », « Comment lutter contre la canicule quand on a 72 ans » et « Les meilleurs spots à farniente en ville », Le Parisien avait l’embarras du choix pour son sujet easy du dimanche. Mais non! Refusant la facilité, voilà qu’il se met en tête de parler de société.

Le fait du jour, rien de moins

POURQUOI un tel sujet ? Mais parce que c’est la saison, ma bonne dame. Et si une hirondelle ne fait pas le printemps, en revanche une petite robe et une paire de morceaux de corps font l’été.

Morceaux de viande comme

Heureusement que les femmes dénudent leurs épaules pour embellir le paysage des hommes. Car oui, on parle bien de drague unidirectionnelle, sinon c’est pas drôle ! Le premier qui me sort que ce « séducteurs »-là est un neutre et englobe les séductrices, je le fais mijoter sur l’autel du tu-l’as-vu mon-œil-?. D’ailleurs, c’est à Messieurs qu’on demande d’être un peu cérébrés.

Et tout à coup, disparaissent les paroles d'experts

OK, l’article principal cite une source experte pour parler de ce qui se passe en France. Par contre, concernant les États-Unis, l’encart s’appuie sur le néant (ou sur les séries américaines) pour nous faire partager leurs us et coutumes en matière de chasse à la femme. Et puis, qui nous dit que ces mangeurs de bretzel sont au beau milieu d’une tactique d’approche ? Personne.

Une statistique rigoureuse en diable

Un article sans une belle statistique bien chiffrée ne serait pas un bon papier. Dis-moi, Marin du Couëdic, 65 demandes en mariage depuis 2012, tu trouves ça flatteur comme chiffre ? Tu es sûr ?

Nice, terrain de chasse hautement sexy

La plage de Nice, ses cadavres de bouteilles et ses groupes de jeunes alcooliques : un délice pour les yeux, les oreilles et les narines. Ça vaut complètement le coup d’y expédier un envoyé spécial.

Les ados, c'est pas grave, on peut les harceler

Il a fallu parcourir les deux pages complètes du dossier pour la trouver, mais elle est là, la mention du harcèlement de rue. Ouf, Le Parisien, tu as failli passer à côté de ma sympathie. Tu fais bien cependant de préciser que se harceler entre adolescents, ce n’est pas grave.

Les conseils de l'expert

Allez, un petit cours de chasse ? En trois concepts, apprenez à devenir un authentique relou.

Non mais sérieusement, Le Parisien, tu n’avais aucune sexy alternative à la pétanque, aucune recette de nouveau bagel, aucune liste de festivals urbano-verts à nous servir ce dimanche, à la place de ce ramassis de conneries gynoconsuméristes ?

Étrange propagande de rue

Une lettre qui s’adresse à moi seul ? Rien à foutre, j’en fais profiter tout le quartier. Avec un peu de chance ça servira de sensibilisation.

Déjections, ras le fion